L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Adam van Koeverden

Kayakisme

2004


‹ Retourner à l'athlète

Des coups de rames qui inspirent

mardi, le 14 décembre 2004

Un kayakiste se plaît à motiver les jeunes
« C’est ce dont je me rappellerai »
RANDY STARKMAN
JOURNALISTE SPORTIF

C’est la chose la plus valorisante qui soit arrivée au kayakiste Adam van Koeverden d’Oakville depuis qu’il a remporté la médaille d’or et de bronze à Athènes.

Nous ne parlons pas du trophée Lou-Marsh qu’il a reçu hier en tant qu’athlète le plus remarquable du Canada en 2004, même si cela était très excitant. Ce n’était pas non plus lorsqu’il a récemment serré la main du premier ministre Paul Martin.

Ce qui a vraiment touché le jeune home de 22 ans, c’est de constater l’effet qu’il a sur les enfants. Un petit garçon a même décidé, à l’Halloween, d’oublier son costume de Spiderman et de se vêtir comme le nouveau superhéros van Koeverden.

Le petit bonhomme de 10 ans, originaire d’Oakville, a construit un petit kayak en carton et l’a peint exactement comme celui que van Koeverden a utilisé à Athènes. Il a pris la peine de placer la feuille d’érable au même endroit et a porté sa casquette de baseball à l’envers tout comme son idole. La mère du jeune garçon a envoyé une photo à van Koeverden.
« C’est génial de savoir que les enfants de ma ville trouvent ça cool de s’habiller comme moi », dit van Koeverden.

Van Koeverden trouvait cela aussi « cool » hier en compagnie des autres athlètes en nomination pour le trophée Lou-Marsh, dont le gymnaste Kyle Shewfelt, la cycliste Lori-Ann Muenzer et l’athlète paralympique Chantal Petitclerc, tous médaillés d’or, les professionnels Jason Bay, Éric Gagné, Martin St-Louis, Steve Nash et bien d’autres. Il était aussi ravi de faire parti des précédents gagnants du trophée tels que Terry Fox, Wayne Gretzky et Mario Lemieux.

Ce trophée prestigieux est remis annuellement par le Toronto Star et est nommé en l’honneur du défunt journaliste sportif Lou Marsh, un grand athlète et arbitre de la LNH et de la boxe au début du 20e siècle.

« C’est incroyable de gagner le même trophée que Terry Fox. Je ne crois pas l’avoir mérité. C’est mon athlète canadien préféré », a expliqué van Koeverden.

Hier, van Koeverden, qui se spécialise en kinésiologie à l’Université McMaster, avait du mal à trouver du temps pour étudier tellement il devait donner des entrevues et répondre à des appels téléphoniques de félicitations. Il a eu très souvent la chance de se présenter à des banquets depuis ses exploits olympiques, mais il préfère prendre le temps de partager son histoire avec les écoliers et leur montrer ses médailles.

« Se rendre dans une école primaire, voir les enfants crier très fort lorsque je leur montre ma course ou mes autres compétitions, leur parler de l’importance d’aller à l’école, c’est ce dont je me souviendrai. »

Ce qui est remarquable à propos de van Koeverden, c’est qu’il ne fait que commencer. Il a mentionné hier qu’il pensait participer à des compétitions jusqu’aux Jeux Olympiques d’été de 2012 puisqu’il aura seulement 30 ans à ce moment-là.

Lorsqu’il pense à sa carrière, il explique qu’elle ne se définit pas par le nombre de Jeux Olympiques ou de championnats mondiaux auxquels il prend part ni par les médailles qu’il gagne.

« Je ne m’en fais pas avec ça, dit-il, mes buts ne changent pas. Ils sont simples. Je veux m’améliorer et participer à des compétitions de haut niveau. Je n’espère pas de choses tangibles comme gagner des médailles aux Jeux Olympiques. Tout ce que je veux, c’est faire de mon mieux en compétition.»

C’est exactement cela que van Koeverden a fait aux Jeux Olympiques. Il a premièrement remporté une médaille de bronze dans sa spécialité, le K-1 1000 mètres, dans laquelle il a même gagné une médaille d’argent aux compétitions du monde un an auparavant. Le lendemain, il n’était pas le favori au K-1500 mètres, mais il a fait la meilleure course de sa vie et a remporté l’or. « Je me rappelle avoir donné le meilleur de moi-même dans les premiers 250 mètres et d’avoir pensé par la suite que les dernières 50 secondes étaient les plus importantes de ma vie, dit-il. Pendant les 70 coups d’aviron suivants, j’ai tout fait pour que cela arrive. Je n’ai pas pensé à la médaille d’or, j’ai juste pensé à faire de mon mieux, à faire la meilleure course à vie. »

Van Koevender à l’habitude d’être reconnu comme étant quelqu’un qui est prétentieux. Il a l’esprit aiguisé et est très franc, mais il croit qu’il a souvent été mal jugé par les médias.
« Si c’est ce que vous pensez que je suis, malgré que je suis simplement confiant dans mes entraînements… je ne dirais pas que je suis prétentieux. Je suis encore très nerveux avant une compétition. Être prétentieux signifierait que je prétends déjà avoir gagné la course avant même de l’avoir commencée. J’ai trop de respect pour mes concurrents. »
Van Koeverden, un fanatique de son programme d’entraînement, est fâché à propos du récent scandale BALCO et des mots que le gérant de laboratoire Victor Conte a prononcés. Il a dit qu’aucun athlète ne pouvait remporter de médaille d’or olympique s’il n’est pas dopé.
« Ces commentaires me rendent complètement cinglé, dit-il. Ce qui m’affecte le plus c’est qu’on me demande toujours si je suis dopé juste parce qu’un stupide homme qui travaille chez BALCO, qui n’est rien de plus qu’un vendeur de drogues qui fait de l’évasion fiscale, dit que tous les athlètes sont dopés. Il accuse tous ceux qui sont montés sur un podium. Tout ce que je peux lui dire à cet homme, c’est de se calmer, mais il ne le fait pas. Cet homme ira en prison et tout le monde l’écoute raconter des salades. »

Le comité de sélection était constitué de représentants du Toronto Star, de la Presse Canadienne, du Globe and Mail, du National Post, du Toronto Sun, de La Presse de Montréal, du Edmonton Journal, de CBC, de CTV et The Score et Prime Time Sports/Fan 590.

Sous-titre au-dessus de la photo : Le kayakiste Adam van Koeverden remporte le trophée Lou-Marsh.
Sous-titre de la photo : Le fait de remporter la médaille d’or et de bronze à Athènes a fait du kayakiste d’Oakville, Adam van Koeverden, l’athlète canadien le plus remarquable de l’année 2004.
Zone de texte dans l’article :
Courage olympique
ADAM VAN KOEVERDEN
NAISSANCE : 29 janvier 1982, à Toronto.
RÉSIDENCE : Il vit à Burlington, mais il a grandi à Oakville.
FAMILLE : Sa mère est Beata Bokrossy, son père est Joe van Koeverden et il a un frère cadet, Luke.
ÉDUCATION : Étudiant de troisième année à l’Université McMaster à Hamilton.

RÉALISATIONS : Médaille d’or olympique au K-1500 mètres et de bronze au K-1 1000 mètres à Athènes. Il a aussi terminé premier au K-1 1000 mètres, deuxième et troisième au K-1500 mètres et quatrième au K-1 1000 mètres aux compétitions de la Coupe du monde cette année. Il a été champion canadien 27 fois dans diverses compétitions de kayak et de canoë.