L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Bob Pirie

Natation

1939


‹ Retourner à l'athlète

LAURÉAT UNANIME DU TROPHÉE LOU-MARSH MEMORIAL

samedi, le 30 décembre 1939

Sous-titre de la photo : Bob Pirie, champion de natation, est le premier Torontois à remporter le prix remis à l’athlète de l’année
Par ALEXANDRINE GIBB

Le comité de sélection du trophée Lou-Marsh Memorial a procédé à l’annonce du lauréat de cette année. Il s’agit de Robert Pirie, un nageur du Central Y.M.C.A., à Toronto, qui détient tous les records canadiens en nage libre de l’épreuve du 100 mètres à celle du 3,2 km. Il est de plus le premier Canadien à détenir un record américain de natation. Pirie, lors du vote final des cinq juges, P.J. Mulqueen, Elwood Hugues, Oscar Pearson, Tom Alison et Charlie Ring, fut un choix unanime et surclassa W.R. Walton Jr, championne mondiale de badminton, Mary Rose Thacker, de Winnipeg, championne canadienne et nord-américaine de patinage artistique, et Larry O’Connor, détenteur d’un record du monde en course de haies ainsi que champion et détenteur du record canadien.

Pirie a facilement distancé ses rivaux lors de ses performances à Honolulu où il prit part aux courses du championnat hawaïen et vaincu de grands athlètes dont Nakama, le champion japonais de natation. Il fracassa ainsi le record du 200 mètres longtemps détenu par Johnny Weismuller, célèbre nageur et interprète de Tarzan au cinéma.
Parmi les rivaux de Pirie, on retrouve Paul Wolf, de la Californie du Sud, codétenteur du record du monde du 50 mètres et reconnu comme l’un des meilleurs sprinters au monde, Hirose, une vedette japonaise, et Robin Bidulph, le champion australien. Pirie remporte également l’épreuve du 100 mètres lors de cet événement et termine deuxième au 800 mètres.

Une invitation fut lancée par le gouvernement du Japon afin que Pirie prenne part aux Championnats japonais, à Tokyo, mais l’Association canadienne de natation amateur, qui ne voyait pas cela d’un très bon œil, refusa de signer une autorisation au nageur canadien afin qu’il fasse le voyage.

Une belle démonstration

De retour à la maison, Pirie, bien que fatigué après son long périple et décu de ne pouvoir faire le voyage au Japon, se rendit aux Championnats nationaux des États-Unis, à Detroit, et compétitionna contre les champions des États-Unis et du Japon.

Au 100 mètres, l’épreuve reine de cette compétition, le Canadien Pirie se classa troisième, derrière Nakama et Hirose du Japon, les deux compétiteurs qu’il avait vaincus à Honolulu lorsqu’il était heureux, insouciant et en parfaite condition physique. Cela prit 45 minutes aux juges pour déterminer le rang des compétiteurs lors de ce 100 mètres, Pirie talonnant les Japonais. Plus important encore lors de cette course fut le fait que Pirie, fatigué et loin d’être au sommet de sa forme à la suite de son long voyage de retour d’Honolulu, devança tout de même les meilleurs athlètes américains du 100 mètres dont Otto Jaretz, un Américain pur laine qui faisait la fierté de Chicago, et Peter Frick, un remarquable sprinter des États-Unis et détenteur du record mondial.

Encore une fois Pirie se classa troisième, cette fois au 200 mètres. Les deux Japonais filèrent seuls devant, suivis par Pirie, qui avait longtemps dominé ses adversaires lors des compétitions de natation.

Premier lauréat torontois

Dans le processus de sélection du lauréat de cette année, le comité de sélection a examiné avec attention le parcours des quatre meilleurs candidats mentionnés au premier paragraphe. Mais lors de l’examen final des candidatures, le fait qu’il ait surmonté des obstacles, la nature de la compétition et l’importance des événements auxquels il participa, ont procuré une longueur d’avance à Pirie. Il est le premier Torontois à remporter ce trophée.
Pirie est un Canadien, fils de parents anglais qui retournèrent vivre en Angleterre deux ans auparavant. Il est le frère d’une célèbre nageuse, Irene Pirie, dont les fréquentations romantiques durant les Jeux de l’Empire britannique de 1934 à Londres l’amenèrent à quitter le Canada pour aller marier l’une des plus grandes vedettes de natation de l’Angleterre.

Atteignant près de six pieds sans chaussures, Pirie est le protégé de Tommy Walker, un entraîneur de natation de renom. Le voyage de Pirie à Honolulu fut organisé par Johnny Devlin, directeur du club de natation du Central Y.M.C.A., qui a fait bénéficier Pirie de ses précieux conseils après le départ de Walker vers Winnipeg et le club Winter.
Mis à part son intérêt pour la compétition, Bob Pirie donne volontairement de son temps deux soirs par semaine afin d’entraîner les filles du club Alex Duff’s Dolphinet Swimming. En plus de ses prouesses sportives, il a toujours été apprécié et considéré comme un vrai sportif et un gentilhomme. Pirie a une personnalité agréable et charismatique et fait preuve d’une grande modestie.