L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Ferguson Jenkins

Baseball

1974


‹ Retourner à l'athlète

FERGUSON JENKINS REMPORTE LE TROPHÉE LOU-MARSH

mercredi, le 18 décembre 1974

Le lanceur Ferguson Jenkins, de Chatham, en Ontario, complétait ses achats de Noël, hier, à Chicago, lorsque le Toronto Star lui annonça qu’il avait été choisi à l’unanimité pour l’obtention du trophée Lou-Marsh remis à l’athlète par excellence au Canada pour l’année 1974.

L’annonce arriva moins de 24 heures après sa nomination comme athlète de l’année par la Presse Canadienne. C’était la quatrième fois que Jenkins remportait ce prix, un record sans précédent.

« Je suis vraiment fier de cet honneur » dit Jenkins, qui est déjà reconnu de tous comme le meilleur joueur canadien de la Ligue majeure de baseball.

« Comme athlète, cela me place dans la même catégorie que Maurice Richard et Gordie Howe » ajouta-t-il en référence à deux des plus grands joueurs de l’histoire du hockey.

Le trophée Lou-Marsh Memorial commémore le regretté Lou Marsh, longtemps journaliste sportif du Toronto Star. Il fut remis pour la première fois en 1936 par le défunt Charles C. Ring, un sportif originaire de Mimico, à Toronto, qui assurait la couverture de galas de boxe. Ring est de plus le fondateur et le promoteur du « Lions club ».

Les autres finalistes pour cette année furent la nageuse Wendy Cook, les joueurs de hockey Gordie Howe et Bobby Hull, la nageuse détentrice du record de la traversée du lac Ontario Cindy Nicholas, le conducteur de courses sous harnais Hervé Fillion et le patineur artistique Toller Cranston.

Étonnamment, Howe n’a jamais remporté le trophée Lou-Marsh.

Phil, le premier lauréat
Les membres du comité de sélection sont le président Harry « Red » Foster, l’éditorialiste sportif du Star Milt Dunnell, ainsi que les journalistes sportifs Jim Proudfoot du Star, Jim Vipond du Globe and Mail, George Gross du Sun et Gordon Grant, ancien journaliste sportif de la Presse Canadienne.

Le tout premier lauréat fut Dr Phil Edwards, en 1936, pour ses performances en athlétisme. Le trophée fut par la suite remporté par des nageurs, des rameurs, des skieurs, des patineurs artistiques, des cavaliers, des joueurs de football et de hockey, et plus récemment, un jockey, Sandy Hawley, et un conducteur de courses sous harnais, Hervé Fillion. Jenkins est donc le premier joueur de la Ligue majeure de baseball à être honoré. « Je crois que la reconnaissance est quelque chose que tous les athlètes recherchent », précise Jenkins.

Inconnu

Jenkins mentionna que durant sa carrière avec les Cubs de Chicago, où il a connu six saisons de 20 victoires en 7 ans, il lui est arrivé de lancer contre les Expos de Montréal lors de parties qui étaient présentées au Canada sur la chaîne nationale et également à quelques reprises sur le réseau américain lors du « Match de la semaine » qui était à l’occasion présenté au Canada.

« Je suis dans ce sport depuis assez longtemps pour que les gens commencent à me reconnaître, » dit-il.

Surtout que Jenkins, qui a eu 31 ans vendredi passé (le 13), est présentement considéré comme l’un des meilleurs lanceurs de la Ligue majeure de baseball.

L’année dernière, il fut échangé par les Cubs aux modestes Rangers du Texas, dans la Ligue américaine. Il connut alors sa meilleure saison, enregistrant 25 victoires, un record personnel, contre 12 revers.

Lancer en Série mondiale

Il a lancé 328 manches, le deuxième plus haut total dans la ligue, en plus de finir premier pour les matchs complets avec 29 en 41 départs. Il fut finaliste avec Catfish Hunter des A’s d’Oakland pour le trophée Cy Young remis chaque année au lanceur par excellence de chaque ligue. Il remporta le trophée en 1971.

« De la façon dont je me sens, je pourrais être en mesure de lancer pour encore cinq à sept ans, » dit Jenkins. « Il y a encore quelques objectifs que je n’ai pas atteints comme celui de lancer en Série mondiale. »

« J’entrevois la prochaine saison avec confiance car je sens maintenant que je fais partie des plans de l’équipe. Nous avons des lanceurs au bras très puissant, mais l’année dernière, il y en avait quatre d’entre eux qui étaient des cas incertains. Les Rangers sont une jeune équipe en développement et lors de la prochaine saison, nous serons en mesure de vaincre n’importe quelle équipe.