L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Guy Lafleur

Hockey

1977


‹ Retourner à l'athlète

Lafleur gagne le trophée Lou-Marsh

jeudi, le 22 décembre 1977

Lorsqu’un athlète remporte autant de prix que ce qu’a remporté Guy Lafleur durant la dernière année, il peut être difficile de répéter l’exploit.

Hier, l’ailier vedette des Canadiens de Montréal fut nommé lauréat du trophée Lou-Marsh Memorial remis à l’athlète par excellence au Canada pour l’année 1977. Mardi, il fut élu l’athlète de l’année par la Presse Canadienne.

Lafleur semblait un peu confus concernant ces deux prix. Interviewé après le match d’hier au Maple Leaf Gardens, où les Canadiens ont éliminé les Maple Leafs, Lafleur a dit : « J’ai appris que je remportais ce prix en regardant la télévision à la maison hier (mardi) soir… »

On sait que Lafleur a du talent, mais même un homme de son envergure ne peut savoir qu’il remporte un prix avant que le prix ne soit décerné.

Informé de la décision du comité de sélection du trophée Lou-Marsh, Lafleur exprima sa surprise.

« Je n’ai jamais entendu parler du trophée Lou-Marsh, » avoua-t-il. « Mais remporter un prix lorsque des athlètes de tous les sports sont pris en considération est un très grand honneur. »

« Il y a présentement plusieurs grands athlètes canadiens au football, en athlétisme, en natation et dans tous les autres sports. Être nommé l’athlète par excellence au pays procure toute une sensation. »

Remis pour la première fois en 1936

Le trophée Lou-Marsh commémore le regretté Lou Marsh, longtemps journaliste sportif du Toronto Star. Il fut remis pour la première fois en 1936 par le défunt Charles C. Ring, un sportif originaire de Mimico, à Toronto. Sandy Hawley mit la main sur le précieux trophée en 1976.

Les membres du comité de sélection sont le président Harry « Red » Foster, l’éditorialiste sportif du Star Milt Dunnell, ainsi que quatre journalistes sportifs, Ken McKee du Star, Jim Vipond du Globe and Mail, George Cross du Sun et Mel Sufrin du service des nouvelles de la Presse Canadienne.

Dix-neuf athlètes canadiens furent nominés. Lors du vote final, il n’en restait plus que six : le botteur des Eskimos d’Edmonton Dave Cutler, qui marqua 195 points lors de la dernière saison en plus de réussir un botté record de 50 verges, Jerome Drayton, de Toronto, gagnant du marathon de Boston en avril dernier, les nageuses de marathon Cindy Nicholas et Loreen Passfield, de Toronto, l’entraîneur et conducteur de courses sous harnais Ron Waples, de Rockwood en Ontario, et Guy Lafleur.

Alors que le comité de sélection procédait à l’analyse des derniers votes, le Toronto Star avait invité ses lecteurs à soumettre des candidatures durant les dernières semaines précédant la délibération finale.

Lafleur, âgé de 26 ans, a complété l’une des plus belles saisons de l’histoire de la LNH en menant les Canadiens de Montréal à leur deuxième conquête consécutive de la Coupe Stanley.

Il a remporté son deuxième championnat des marqueurs avec une récolte de 56 buts et 80 passes pour un total de 136 points. Il mit de plus la main sur le trophée Hart remis au joueur le plus utile à son équipe, mena au chapitre des points lors des séries éliminatoires (9-17-26) et remporta le trophée Conn Smyth remis au joueur le plus utile à son équipe durant les séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Toute une année


« Ce fut toute une année pour moi », dit Lafleur. « Je suis chanceux pour plusieurs raisons. Premièrement, faire partie d’une équipe qui comprend autant de grands joueurs que les Canadiens de Montréal m’avantage vraiment. C’est d’ailleurs la principale cause de tous mes succès. »

« De plus, j’ai été en mesure d’éviter les blessures et de jouer en bonne santé, du moins jusqu’à la semaine dernière où moi et la majorité de l’équipe avons attrapé la grippe. J’ai dû manquer deux parties parce que je me sentais trop faible. »

Lafleur, originaire de Thurso, au Québec, a réécrit le livre des records de la LHJMQ avec les Remparts de Québec, connaissant entre autres une saison de 130 buts.

Même s’il marqua 78 buts lors de ses trois premières saisons dans la LNH, il fut considéré comme une déception. Et alors, à sa quatrième saison, « the Flower », comme on l’appelait, devint l’une des plus grandes vedettes de la LNH.

Durant ma carrière de 16 saisons dans la LNH, il n’y eut que deux joueurs qui étaient vraiment dans une classe à part, » raconte le vétéran des Canadiens Serge Savard. « Bobby Orr était seul parmi les défenseurs de la ligue, et maintenant Guy Lafleur est seul parmi les attaquants. »

ATHLÈTE PAR EXCELLENCE: Guy Lafleur a aidé les Canadiens de Montréal à éliminer les Maple Leafs de Toronto lors du dernier match d’une série 3 de 5, juste avant d’apprendre qu’il avait été choisi l’athlète par excellence au Canada. Lafleur remporte le trophée Lou-Marsh, remis en l’honneur du journaliste sportif du Toronto Star, après sa spectaculaire saison de 1976-1977 où il remporta le championnat des marqueurs.