L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Lucile Wheeler

Ski alpin

1958


‹ Retourner à l'athlète

De grands honneurs en ski canadien

mardi, le 28 avril 1959

Lucile remporte le trophée Lou-Marsh

Par JOHN MACDONALD

C’était très loin d’ici et c’était il y a 14 mois que la rousselée Lucile Wheeler a tenu le monde du sport en haleine en réalisant quelque chose qu’aucun Canadien n’avait réussi auparavant. Elle a gagné deux championnats mondiaux de ski en Autriche.

Le succès exemplaire de cette jeune fille de 24 ans originaire de St-Jovite au Québec a passé à l’histoire. Elle a même remporté le prix canadien le plus prestigieux qu’un athlète du Canada peut recevoir. Le dernier et le plus beau cadeau que Lucile ait reçu est le trophée Lou-Marsh, qui est remis chaque année à l’athlète canadien le plus remarquable.
Les cinq hommes et membres du jury ont annoncé aujourd’hui que la grande gagnante du trophée de l’année 1958, remis en l’honneur du défunt journaliste sportif du Toronto Star, était mademoiselle Wheeler, la meilleure athlète du pays de la dernière année. C’est la première skieuse à recevoir un tel prix.

Le jury du trophée Lou Marsh est constitué de Charles E. Ring, qui a remis le trophée en 1936, de Donald G. Ross, ancien président du club de baseball de Toronto, de Charles Higginbottom, officiel de sport très populaire, de Harry « Red » Foster, ancienne étoile de hockey amateur et de football, et du président Oscar Pearson, consultant en loisirs à Toronto.

Un exploit sportif qui survient au tout début de l’année est souvent vite oublié puisque de nouveaux exploits sont enregistrés assez fréquemment. Cependant, la double victoire de Lucile à Bad Gastein en Autriche était si extraordinaire que les membres du jury se sont entendus sur le fait qu’elle rencontrait largement les critères de sélection pour ce prix.
On peut dire que Lucille a balayé tous les honneurs du sport canadien cette année. On pourrait dire qu’elle a gagné la triple couronne. Elle a été élue l’athlète féminine canadienne la plus remarquable de l’année 1958 par l’Amateur Athletic union of Canada et par le sondage sportif annuel de la Presse Canadienne, tenu à chaque fin d’année.

Nous ne pouvons savoir si Lucile rechaussera ses bottes et remontera sur les pentes pour répéter son exploit et remporter une autre fois le trophée Lou-Marsh. Elle dit parfois vouloir se retirer de la course afin de vivre une vie plus normale et délaisser les longues et difficiles heures d’entraînement. Puis, elle se remet à parler du sentiment inoubliable qui l’envahit lors de ses victoires. C’est seulement l’an prochain que nous pourrons savoir si Lucille reste dans la course.

La sélection de Lucile n’était pas gagnée d’avance. Le couple de patineurs de Toronto, les champions du monde Barbara Wagner et Bon Paul la talonnait de près. Les membres du jury ont passé plusieurs heures à discuter des exploits de Wagner, de Paul et de Wheeler. Les patineurs ont finalement terminé deuxième. Ce fut la lutte la plus serrée de l’histoire du trophée Lou-Marsh, qui existe déjà depuis 23 ans.

Les autres en nomination étaient Matt Baldwin, qui a surpassé trois gagnants du Brier, le boxeur des Maritimes Yvon Durelle, les footballeurs Russ Jackson d’Ottawa, Ron Howell de Hamilton et Gerry James de Winnipeg, le jockey Johnny Longden, Charlie Burns, l’as du hockey des Whitby Dunlops et les golfeurs Al Balding et Stan Leonard.

Lucile a rejoint la liste des gagnants du trophée Lou-Marsh qui se lit comme le bottin mondain de l’histoire du sport canadien. Le gagnant de l’année 1967 était Maurice « The Rocket » Richard, qui a compté plus de buts que n’importe qui d’autre dans l’histoire de la LNH. En 1956, la reine du golf Marlene Stewart remporta le trophée pour la deuxième fois. Beth Whittal gagna le prix en 1955 pour souligner ses exploits aux Jeux panaméricains et en 1954, la lauréate fut Marilyn Bell, la nageuse du lac Ontario.

L’haltérophile de Vancouver, Dough Hepburn, remporta le trophée en 1953. Le tireur de Saskatoon, George Genereux, l’a gagné en 1952. Marilyn Stewart fut lauréate de ce trophée pour la première fois en 1951 et un an auparavant, en 1950, ce fut le footballeur Bob McFarlane de l’Université de Western Ontario qui remporta les honneurs. Cliff Lumsden nagea jusqu’au prix en 1949, Barbara Ann Scott mis la main sur le trophée en 1945, 1947 et 1948 pour ses exploits en patinage artistique. C’est en fait Joe Krol, le populaire footballeur, qui lui vola en 1946.

Aucun trophée n’a été remis entre 1942 et 1944. En 1941, le champion nord-américain d’aviron Theo Dubois le remporta et en 1940, c’est le marathonien Gerald Cote qui a pu l’atteindre. Le fameux nageur Bob Pirie fut sélectionné en 1939. Le champion d’aviron Bobby Pearce fut lauréat du trophée en 1938, le lieutenant et cavalier W. Marshall Cleland remporta le prix en 1937 et le docteur Phil Edwards gagna le premier trophée de l’histoire en 1936.