L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Maurice Richard

Hockey

1957


‹ Retourner à l'athlète

Le trophée Lou-Marsh revient au Rocket

mardi, le 18 février 1958

Entre lui, James et Balding , le choix était unanime

Par Jim Hunt

La nouvelle a été annoncée aujourd’hui. La plus grande machine à compter des buts, Maurice (The Rocket) Richard, est le lauréat du trophée Lou-Marsh de 1957.
L’ailier des Canadiens de Montréal, qui a marqué son 500e but en carrière en octobre dernier, était le premier choix des juges en ce qui concerne la remise du trophée. Celui-ci est décerné chaque année à l’athlète canadien, amateur ou professionnel, dont les exploits sont les plus remarquables.

Il n’y avait aucun doute sur le nom du gagnant de cette année. Seul Maurice Richard pouvait mériter ce prix. À sa 16e saison dans la LNH, le Rocket était près d’être nommé l’un des plus grands joueurs. Cependant, une blessure arrêta son ascension le 13 novembre à Toronto. Néanmoins, il comptait 500 buts en saison régulière dans la LNH.

Seul Howe avait une chance

C’est un nouveau record qui pourrait ne jamais être égalé. Seul Gordie Howe, parmi les joueurs actifs, a compté plus de 300 buts.

Gerry James, la vedette des Blue Bombers de Winnipeg, était finaliste pour le trophée. Gerry est retourné au football après deux ans de dur labeur avec les Maple Leafs de Toronto. Il a fracassé le record de buts des professionnels canadiens, le record de verges au sol de l’Association de football de l’Ouest et a été l’une des raisons pour laquelle son équipe était présente au Varsity Stadium le jour de la Coupe Grey.

Al Balding, le golfeur de Toronto qui était à un coup du plus grand prix remis au golf, soit le championnat du monde de 100 000 $ à Tam O’Shanter, a terminé troisième. Al a gagné 30 000 $ cette année sur les terrains de golf et c’est la meilleure performance d’un canadien.
Lindy Lindmoser, le boxeur de Vancouver qui a remporté le championnat amateur des poids mi-lourds des États-Unis, a reçu une mention honorable.

Le Rocket avait compté 11 buts dans les 13 premières parties des Canadiens de Montréal avant de se blesser. Par contre, son plus grand exploit fut réalisé le 19 octobre contre les Blackhawks de Chicago.

Maurice Richard a compté son 500e but au Forum, l’endroit où le Rocket a enregistré ses plus grands exploits. Les partisans montréalais, les plus exubérants de tout le hockey, sont devenus déchaînés lorsque leur héros a déjoué le gardien de but Glenn Hall pour marquer le but magique.

En plus d’avoir compté 504 buts en saison régulière, le Rocket a inscrit 70 buts en séries éliminatoires. Les matchs printaniers semblent faire ressortir le meilleur du Rocket, probablement un des plus grands compétiteurs que le sport ait connu.

Richard a compté 5 buts dans un match de séries éliminatoires contre Toronto. Il a presque même égalé son exploit l’an dernier avec quatre buts contre les Bruins de Boston.

Le Rocket n’a manqué qu’une fois les séries éliminatoires depuis qu’il a rejoint les Habs. C’était en 1955 alors que le président de la LNH, Clarence Campbell, l’avait suspendu.
Avec Richard dans l’équipe, les Canadiens étaient les meilleurs de la LNH. Par contre, sans leur plus grand marqueur, les Habs ont perdu leur titre et la Coupe Stanley a été décernée aux Red Wings de Détroit.

Un point tournant

La suspension a paru devenir un point tournant dans la carrière du Rocket. Avant celle-ci, il était l’un des joueurs les plus controversés et les plus pénalisés du hockey.

Depuis cette suspension, la carrière de Richard n’a pas connu d’incidents. Lorsqu’il a été blessé en novembre et qu’il a dû se retirer du jeu, il était le joueur de la LNH le moins pénalisé.

Le Rocket aura 37 ans en août prochain. Le temps ne semble pas l’avoir affecté en ce qui concerne son habileté à compter des buts. Il raconte qu’il quittera le jeu que lorsqu’il ne pourra compter que 20 buts ou moins. De la façon dont il a débuté la saison, cela risque de prendre des années.

Richard a rejoint quelques-uns des plus grands athlètes du sport canadien ayant remporté le trophée Lou-Marsh, dont Marlene Stewart, Joe Krol, Marilyn Bell, Barbara Ann Scott et Bob McFarlane. Peu nieront le fait que nul autre gagnant ne pouvait autant mériter ce trophée. Marilyn était la gagnante de l’an dernier.

Oscar Pearson est le président du jury. Les autres membres sont Charles Ring, Charles Higginbottom, Don Ross et Harry (Red) Foster.

Le trophée a été remis par monsieur Ring en hommage au journaliste sportif du Toronto Star, décédé en 1936.