L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Sandy Hawley

Course sous harnais

1976


‹ Retourner à l'athlète

Le dominant jockey de 110 livres Sandy Hawley est pour une deuxième fois nommé meilleur athlète du Canada

mardi, le 14 décembre 1976

Par AL NICKLESON
Journaliste sportif du Star

Un homme de 110 livres au teint blafard, tout le contraire de l’image qu’on se fait d’un sportif, a été nommé gagnant du trophée Lou-Marsh, en tant qu’athlète le plus exceptionnel de l’année 1976.

Il s’appelle Sandy Hawley et depuis neuf ans, il avance de pied ferme sur le chemin de la célébrité et de la fortune, tel un véritable grand jockey du monde. Dans le dur et dangereux monde de la course de pur-sang, le jeune homme de 27 ans est un étrange paradoxe.
Il est modeste, quelque peu timide, ne jure jamais et est tellement poli que c’est presque un défaut. Ces qualités masquent bien l’incroyable esprit compétitif de cet homme.

Accroché à la victoire
En dépit du fait qu’il ne concourra plus cette année après la rencontre de Greenwood fall, qui se tient aujourd’hui, il sera assurément, et ce, pour la quatrième fois, le meilleur cavalier en Amérique du Nord selon le nombre de courses gagnées. Récemment, lors du vote pour le prix Eclipse, aux É.-U., il a été nommé jockey par excellence de tout le continent.

« Je suis très heureux d’être nommé athlète canadien de l’année », a dit Hawley dans la chambre des jockeys. « Les choses comme celle-là concluent une année du bon pied. Quand j’ai gagné le trophée, il y a trois ans, je ne m’attendais pas à le gagner à nouveau. »

« Je dois beaucoup à Colin (Colin Wick qui, en tant qu’agent de Hawley, veille sur ses
intérêts). Je crois qu’il a fait un travail superbe. Il est le meilleur agent en Amérique du Nord. »

Le prix est accessible à n’importe quel athlète canadien, qu’il soit masculin ou féminin, amateur ou professionnel. Les nominations, soumises par le public, sont examinées par un comité de sélection.

Des mentions honorables ont été décernées à six des nominés. Parmi eux, on retrouve la skieuse Kathy Kreiner, dont la victoire au grand slalom des Jeux Olympiques d’hiver a été la seule médaille d’or du Canada en 1976, et Darryl Sittler, le capitaine des Maple Leafs, qui a compté le but gagnant du Canada en prolongation lors de la partie décisive de la Coupe Canada.

Les autres étaient Arnold Boldt, qui a établi un record au saut en hauteur à l’olympiade pour les athlètes atteint d’un handicap, à Toronto, et trois médaillés d’argent des Jeux Olympiques d’été de Montréal : John Wood (canoë-kayak), Greg Joy (saut en hauteur) et Michel Vaillancourt (sauts d’obstacles en sports équestres).

Natif de Whitby et résidant du Mississauga, Hawley a triomphé à 411 reprises jusqu’à maintenant cette saison. Le seul jockey ayant une chance de la rattraper, Laffit Pincay Jr., a décidé de prendre des vacances après la course de samedi dernier à Bay Meadows, près de San Francisco. Il détenait 379 victoires et ne concourra pas avant la course de Santa Anita, en Californie, qui débute le 26 décembre.

Le trophée Lou-Marsh commémore feu Lou Marsh, qui fut longtemps journaliste sportif pour The Star. Il a été donné en 1936 par feu Charles C. Ring, un sportif de Mimico.

Il a aussi gagné en 1973
Hawley est seulement le quatrième athlète à remporter le trophée une seconde fois. Il en était lauréat en 1973, année où il a établi le record du monde de 515 victoires en une saison. Les autres étaient la patineuse Barbara Ann Scott, la skieuse Nancy Green Raine et la golfeuse Marlene Stewart Streit.

Les membres du comité de sélection étaient Harry (Red) Foster, le président, Milt Dunnell, le chroniqueur sportif du Star, et quatre journalistes sportifs : Jim Proudfoot, du Star, Jim Vipond, du Globe and Mail, George Gross, du Sun et Mel Sufrin de la Presse canadienne. Le gagnant de l’année dernière était le capitaine Bobby Clarke, des Flyers de Philadelphie, dans la LNH.

Il y a deux samedis, à Greenwood, Hawley est devenu le plus jeune cavalier à atteindre le plateau des 3000 victoires en carrière.

Hawley, six fois champion canadien pour les courses gagnées, a été incité, plusieurs années auparavant, à concourir aux É.-U. afin de se prouver à lui-même, et à quelques critiques, qu’il pouvait se mesurer avec succès aux meilleurs du continent. Ses victoires, particulièrement en Californie, ont amplement prouvé qu’il a réussi.

Sous-titre de la photo : SANDY HAWLEY PROFITE DE TOUT AUJOURD’HUI, MÊME DE LA NEIGE. Hier, on lui a décerné le trophée Lou-Marsh.