L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Sidney Crosby

Hockey

2007


‹ Retourner à l'athlète

Le choix de l’athlète canadien de 2007 : une décision difficile

mercredi, le 12 décembre 2007

Par Dave Perkins

Un courriel haineux, et il semble qu’il n’y en a pas d’autres de ce genre, mentionne que l’excellent joueur de crosse, John Grant Jr, aurait dû faire partie de la liste de candidats au trophée Lou-Marsh : « Il s'agit d'une très mauvaise blague faisant preuve d’une étroitesse d’esprit pour le Canada. Mais ce n’est rien de nouveau, n’est-ce pas? On remet le trophée à un joueur de hockey, on ne peut pas se tromper. »

Et bien on verra, n'est-ce pas? Le trophée a été décerné au joueur de hockey Sidney Crosby qui a devancé de justesse Steve Nash et Érik Guay. Steve Molitor et Adam van Koeverden ont complété la courte liste qui aurait pu être plus longue.

C'est souvent ce qui se produit lors de la remise du trophée Lou-Marsh, nommé en l’honneur de l’ancien journaliste sportif du Toronto Star et décerné à l’athlète canadien de l’année. C’est rarement un choix facile et on en a encore un bon exemple cette année. Les seules personnes qui ne le comprennent pas sont celles qui croient que le choix n’a pas été assez réfléchi.

Pourtant, malgré ce que certains courriels que nous avons reçus suggèrent, il y a longtemps que le trophée Lou-Marsh n'a pas été décerné à un joueur de hockey. Crosby a dû être ce qu'il a été, c'est-à-dire le joueur le plus dominant de son sport, tel que défini par un jury (électeurs du trophée du joueur par excellence de la ligue) et par ses pairs (trophée Lester B. Pearson). Pour les fervents de statistiques, il est également le plus jeune joueur de l’histoire de la LNH à remporter le titre de meilleur marqueur.

Pendant plusieurs années, ce n’était pas toujours un Canadien qui trônait au sommet de la LNH. En plus, cette année, ce Canadien avait une longueur d’avance sur tous les autres meilleurs joueurs.

Est-ce que le meneur de jeu de la NBA, Steve Nash, aurait été un bon choix? Bien sûr que oui. Comme l’aurait été Érik Guay, marchand de vitesse et pièce maîtresse de l’équipe canadienne de ski, qui connaît un nouvel essor, Adam van Koeverden, le champion mondial de kayak ou Molitor, qui a tout fait ce qu’on lui a demandé dans le ring, dont défendre son titre de la catégorie super coqs.

Et on ne parle même pas des prochaines vedettes, dont les joueurs de baseball Russell Martin et Jeff Francis, la skieuse de bosse Jennifer Heil, l’athlète paralympique Chantal Petitclerc, Grant et tous les autres excellents athlètes dont les Canadiens devraient être si fiers. Réduire le nombre candidats de 20 à 10, puis à 5 fut un exercice beaucoup plus difficile qu’on peut le penser. Vous pouvez établir plusieurs scénarios louables, mais ultimement, vous devez faire un seul choix. Ce choix fut Crosby. Et c’est une bonne décision.

Ça semble évident, au Canada, de décorer le meilleur joueur de hockey de cet honneur national, mais aucun joueur de hockey n’a gagné ce trophée depuis 14 ans. Voilà une preuve que Crosby a connu et continue de connaître une année spéciale.