L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Bill Crothers

Athlétisme

1963


‹ Retourner à l'athlète

Cette vidéo requiert le lecteur Adobe Flash. Un lien vers le logiciel est disponible au bas de la page.

Vidéo de Bill Crothers - 2:59 min





En juin 1963, j'ai remporté le Championnat américain AAU aux 880 verges et établi un nouveau record américain.

En remportant cette course, j'avais les deux temps les plus rapides du monde aux 880 verges, cette année-là; une fois à Compton en Californie, trois à quatre semaines plus tôt

et encore une fois aux championnats américains. Après ça, les étrangers n’ont plus eu le droit de participer.

Il y avait un autre participant d’Europe qui a aussi remporté une compétition et les Américains ont décidé après ça, de seulement accepter les leurs, ceux qui étaient natifs des États-Unis,

à leurs championnats nationaux parce que cette année-là, deux étrangers ont remporté les compétitions.



Bruce Kidd et moi, nous étions invités à courir à New York.

J’allais au laboratoire pour avoir la permission de mes professeurs de manquer la classe, mais j’étais au lab de 14 h à 15 h 30,

puis au milieu du cours, j'allais prendre un taxi. Mes affaires étaient là-bas.

Nous prenions un taxi jusqu'à l'aéroport, puis l'avion jusqu'à New York City, un taxi nous amenait à l'hôtel.

Il faillait que je me change immédiatement et que je me rende au Madison Square Garden pour le réchauffement.

Bruce s'était couché pendant une heure et demie. Il est arrivé au Madison Square Garden à temps pour me voir courir.

Les autres gars de Toronto avec qui je courais le relais, ils travaillaient jusqu’à 17 h puis prenaient l’avion. Les directeurs de la rencontre croyaient qu’on était fous.

Parce que les jeunes Américains qui allaient au collège prenaient congé le jeudi et le vendredi et ils arrivaient le jeudi, une journée avant la compétition.

Nous arrivions une heure avant la compétition et on gagnait la plupart du temps.



Je ne sais même pas si nous avons reçu la nouvelle d’avance ou si nous l’avons appris en lisant le Daily Star de Toronto

pour savoir qui avait remporté le prix Lou Marsh, ou si nous l'avons lu le matin qu'ils ont publié les résultats.

C’était tout un honneur, se faire reconnaître comme ça.

À cette époque, les Canadiens avaient tendance à juger non pas ce qui se passait au Canada, mais ce qui se passait ailleurs.

Et le fait que quelqu’un aille là-bas et remporte le Championnat américain AAU, qui était le plus reconnu et le plus difficile,

la piste de compétition la plus ardue au monde à l’époque, seuls les Olympiques pouvaient surpasser ça.

Dans ce temps-là, en athlétisme, les championnats américains étaient probablement les compétitions les difficiles.

J’imagine que c’est la raison pourquoi j’ai remporté ce prix.