L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Cindy Klassen

Patinage de vitesse

2006


‹ Retourner à l'athlète

Cette vidéo requiert le lecteur Adobe Flash. Un lien vers le logiciel est disponible au bas de la page.

Vidéo de Cindy Klassen - 3:19 min




Jusqu’en 2006 et à partir de 2002, j’avais juste l’impression qu’il y avait beaucoup de buts que je m’étais fixés et j’avais été capable de les réaliser.
J’ai remporté les Championnats du monde l’une de ces années et c’était un grand exploit pour moi parce que j’avais toujours voulu gagner les Championnats du monde au complet.
L’année avant les Olympiques, nous avons toujours à la fin de la saison ce qui s’appelle les Championnats du monde par distances individuelles
et c’est pratiquement chaque course à part, alors il y a un champion du monde à chaque distance. Pour moi, c’était en quelque sorte une préparation pour 2006.
Je voulais prétendre que c’était un peu comme participer aux Olympiques mais il s’agissait des Championnats par distances individuelles
et j’ai fini par gagner deux médailles d’or alors ça m’a donné une bonne dose de confiance en moi à l’approche de l’année des Olympiques.

Quelque chose d'autre qui s'est passé avant les Olympiques c'est, je m'entraînais un jour et je suis tombée et j'ai frappé une autre patineuse
et sa lame a coupé l'intérieur de mon bras et je me suis coupée, je crois que c'était 12 tendons, un nerf et une artère.
C’était juste avant qu’on se rende aux Coupes du monde à l’automne et il fallait simplement que je reste à la maison.
J’ai manqué la première moitié de la saison, mais je me suis remise au sport pour la deuxième moitié de la saison. Je ne pensais pas pouvoir courir à nouveau cette année-là.
Mais j’ai été capable de retourner sur la glace. J’ai été capable de pratiquer et de m’entraîner fort et j’ai rejoint la saison et j’ai gagné quelques médailles alors ça m’a redonné confiance.

L’histoire de 2006, c’est qu’on s’est juste amusé. On avait un groupe, on avait un entraîneur super, Neil Marshall.
Notre groupe contenait seulement six personnes et on a passé chaque moment à s’amuser autant que possible et on s'assurait qu'on ne laissait rien derrière.
On y a tous donné, chaque fois qu’on s’entraînait, on y donnait tout ce qu’on avait et profitait de chaque moment. Alors, ça a été une saison passée à s’amuser.

Je crois que le prix Lou Marsh est un choix difficile parce que, je veux dire il y a tellement de sports différents.
Il y a le professionnel et l’amateur [and so it’s a very, it must be a tough decision.]
[And it’s such an honour] alors j’étais, j’étais stupéfaite de l’avoir remporté.
Il s’agissait juste d’un moment très excitant pour moi et une bonne façon de terminer la saison.
Je me suis tellement amusé et tellement de bonnes choses s’étaient passées et puis de remporté le prix Lou Marsh en plus, c’était énorme pour moi.
Je suis juste reconnaissante pour chaque opportunité, ma famille et d’être capable de faire du patinage de vitesse.
Ça a été une aventure extraordinaire et je suis vraiment reconnaissante des occasions qui se sont présentées.