L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Graham Smith

Natation

1978


‹ Retourner à l'athlète

Cette vidéo requiert le lecteur Adobe Flash. Un lien vers le logiciel est disponible au bas de la page.

Vidéo de Graham Smith - 5:01 min







Aux Jeux du Commonwealth, j'ai été assez discret. Je ne suis pas allé aux cérémonies d’ouvertures parce que j’allais participer à une compétition deux jours plus tard,



mais aussi parce que je savais que chaque fois que je plongeais dans la piscine, c'était une piscine nommée après mon père.



Je n'y ai pas trop porté attention. Cette fois-ci, j'ai vraiment tiré avantage de cette foule de ma ville natale.



Ils m'ont donné l'énergie, la concentration et la discipline de réussir.





Nage avec endurance comme tous les Smiths l’ont fait et il persiste, il nagera probablement le 100 libre le plus rapide de sa vie.





Six compétitions, quatre épreuves éliminatoires parce qu’il n’y avait pas de finales pour les relais et six finales, alors pratiquement 10 courses en six jours.





Graham Smith dont le frère a remporté ceci il y a huit ans et Sawchuck qui maintenant je crois décrochera la deuxième place, Graham Smith y met le paquet.





J’ai vraiment aimé analyser ce que je faisais en me demander, cette personne agit de telle manière pendant une course, de quelle façon est-ce que je peux tirer avantage de ça?



Comment est-ce que je peux m’en servir? Pour voir les faiblesses qu’ils pouvaient avoir, pour voir leurs forces,



pour pouvoir comparer mes forces et mes faiblesses à leurs forces et leurs faiblesses.



Et les gens disaient que c'était de la manipulation. Je n'aurais pas manipulé pour réussir et vous savez, pour les affronter ou quoi que ce soit



parce que la manipulation au sens analytique vous apprend vraiment à être un étudiant s'initiant au sport et aux stratégies qui y sont associés.





Quelle fin ce sera, Smith y met vraiment le paquet. Je crois qu’il dépasse Sawchuck oui, peut-il décrocher le record mondial?





Ma mère était une arbitre à cette compétition de natation tout au long de la session alors c’était vraiment bien.



Elle était la déléguée de la course ce qui veut dire qu’elle accueillait les nageurs et disait « OK, tu es dans le couloir un et tu es dans le couloir deux », ou quoi que ce soit.



Nous nous faisions signe de la tête, merci, sans dire un mot et c'était comme ça, merci et on contenait.





Graham Smith est maintenant en tête de (200 m en nage sur le dos) Graham Smith se pousse vraiment pour cette compétition, il a mal en ce moment et tu le sais.



Mais il y parvient facilement,Graham Smith, sa quatrième médaille d’or.





Tu dois avoir la discipline psychologique et physique de te calmer et de vraiment dormir entre les éliminatoires et les finales.

Certains gens pensent, « Comment tu fais?



Comment peux-tu être le meneur après les éliminatoires, tu entres dans les finales, comment peux-tu retourner à l’hôtel et te reposer pour deux heures?



Vraiment dormir comme un bébé pendant deux heures. Ça fait partie de la discipline que j’ai développée.





Il est devant et maintenant il doit poser ces mains sur le mur, Smith l’attrape, il y est et oui, il remporte la victoire, Graham Smith,1:03.81, sa cinquième médaille.





Alors, pendant les quatre nages de 400, la dernière compétition aux Jeux du Commonwealth et ma chance à une sixième médaille d’or. Nous avions une équipe formidable de rassemblée.



Et Jay Tapp a accompli une superbe nage sur le dos que j’ai poursuivi à la brasse, nous avions Dan Thompson au papillon et puis encore mon vieil ami Bill Sawchuck.



Et Bill m’a dit après que ça avait été très, très difficile parce qu’il participait à plus de compétitions que moi,



mais il a dit « Tu sais quoi, il a fallu que j’aille chercher l’énergie jusque dans mes tripes parce que je ne voulais pas te laisser tomber. »





Il est vraiment solide, il va le rattraper. Il la remporte, la médaille d'or, 3:49.76.



Regardez la réaction de Graham ici, regardez-le, regardez-le. La course se poursuit. C’est son compagnon de chambre qui l’encourage. Envoie, coloc.





C’est vraiment étrange quand j’ai découvert que j’avais remporté le prix Lou Marsh.



Je participais à une compétition en Australie, lors d’un événement hors-saison, mais c’était entre les éliminatoires et les finales et j’ai reçu un appel.



Ils m’ont dit « Graham, tu viens de remporter le trophée Lou Marsh, comment te sens-tu?



J’avais l’esprit vide à ce moment-là parce que je me trouvais de l’autre côté de la planète, je ne pensais pas au Canada ou à quoi que soit d’autre alors j’ai dit « Est-ce que je peux vous le dire plus tard?»



Je n’ai vraiment pas réalisé, ça a pris plusieurs heures, quand j’ai vu mon entraîneur à la piscine et je lui ai dit « En passant, devine qu'est-ce que je viens d'apprendre au téléphone.»



Il a dit « Wow, c’est incroyable. » J’ai dit, « je sais, pour les athlètes amateurs, c’est rare qu’un nageur se mérite ça.»



Ça a vraiment été un honneur d’être choisi comme récipiendaire du trophée Lou Marsh.



Ça m’a vraiment coupé le souffle, j’y pensais encore quand je suis allé me coucher, j’étais encore en Australie, et je me demandais ce qui venait de se passer et tout ça.



C’était un grand honneur.