L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Phil Edwards

Athlétisme

1936


Photo d'action en noir et blanc de Phil Edwards aux Olympiques de Berlin

Photo d'action en noir et blanc de Phil Edwards aux Olympiques de Berlin

Date
1936
Collection
Panthéon des sports canadiens

L’homme de bronze

Les Olympiques d’été de 1936, Berlin, Allemagne. L’encre sur le diplôme en médecine du Dr Phil Edwards de l’Université McGill est à peine sèche au moment où lui et l’équipe olympique canadienne embarquent sur un navire à vapeur en juillet 1936, en direction des Jeux d'été de Berlin. Phil est déjà un vétéran de deux Olympiques, ayant remporté quatre médailles de bronze. Ses coéquipiers, impressionnés par son extraordinaire dévouement au sport, le nomment capitaine de l’équipe olympique d’athlétisme.

Berlin était rempli d’émotions fortes et de tension. Le plan d’Hitler visant à utiliser les Jeux pour promouvoir le credo nazi d’une race blanche supérieure est arrêté par les quatre médailles d’or de l’athlète étoile américain Jesse Owen et d’autres athlètes africains américains dont Edwards, qui se distinguent de façon impressionnante à Berlin.

Edwards et John Woodruff, originaire des États-Unis, offrent l’un des duels les plus dramatiques des Jeux lors de la finale de 800 mètres. Edwards prend la tête au coup du pistolet et établit le train. Un coéquipier se rappelle de la course. « Woodruff était un homme corpulent et il avait une très longue foulée. C’était bien de le voir dépasser Phil, puis Phil l’a dépassé. Ensuite, revenant du côté opposé au deuxième tour, c’était amusant à regarder parce que tout à coup ces deux corps ont commencé à se fusionner, vous ne pouviez voir qu’un corps avec quatre jambes. Woodruff a éventuellement réussi à se détacher et Phil n’a malheureusement pas pu préserver la deuxième place. » Il remporte la médaille de bronze.

Le pas de course d’Edwards était très différent. Il explosait au coup du pistolet avec des départs rapides, établissant souvent sa foulée, courant seul à l'avant. Au niveau inter collégial, il était imbattable. Mais au niveau mondial, ses départs agressifs sont probablement la cause d’un élan final moins puissant. Malgré tout, il était un modèle d'uniformité compétitive pendant une décennie. Participant à trois Olympiques consécutifs, il était l’un des grands coureurs du Canada. Il faut aussi considérer le fait que la plupart des exploits olympiques d’Edwards ont coïncidé avec les rigueurs de l’école de médecine.

Avec cinq médailles olympiques de bonze, Ewards est dûment baptisé « l’homme de bronze ». Après les Jeux de Berlin en 1936, aucun athlète canadien de sexe masculin ne remporte de médaille jusqu’aux Jeux de Tokyo en 1964.

PHIL EDWARDS A DRAGUÉ EN FRANÇAIS Adobe PDF Transcription


Faits saillants

1928
Jeux olympique d’Amsterdam, médaille de bronze au relais 4 x 100 m
1931 - 1936
Mène l’équipe d’athlétisme de McGill à six victoires intercollégiales consécutives
1932
Jeux olympique du Lac Placid, médaille de bronze au 800 m, 1 500 m et au relais 4 x 400 m
1934
Jeux de l'Empire britannique, médaille d’or à la course de 880 verges
1936
Jeux olympiques de Berlin, médaille de bronze au 800 m
1936
Premier récipiandaire du prix commémoratif Lou Marsh
1936
Trophée Lionel Conacher