L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Roger Jackson

Aviron

1964


Photographie de Roger Jackson et George Hunderford aux Jeux olympiques

Photographie de Roger Jackson et George Hunderford aux Jeux olympiques

Date
1963
Collection
Panthéon des sports canadiens

Ça, c'est du travail d’équipe!

Le rêve olympique de George Hungerfold semblait avoir été anéanti en un instant lorsqu’il est frappé par la mononucléose à l’été 1964 et forcé d’abandonner son siège avec les huit de l’Université de la Colombie-Britannique, qui étaient vus comme le meilleur espoir pour une médaille olympique en aviron à Tokyo. Roger Jackson, choisi pour ramer en paire se retrouve soudainement seul lorsque son partenaire est appelé pour remplir le siège de Hungerford.

Seulement à quelques semaines des Olympiques, Hungerford se sent mieux. La mono a nui à son endurance et à sa santé, mais elle n’a pas affaibli son coeur et sa passion. L'entraîneur canadien lui offre l'opportunité de commencer à ramer avec Jackson en paire, mais personne ne leur porte attention.

Ils n’avaient jamais ramé ensemble et George n’avait jamais ramé en paire. Leur bateau est un aviron délabré qui aurait dû être remisé. Le bateau n’a plus de barre alors ils apprennent à s’orienter en balançant la force de leurs battements et en lisant le langage physique de l’autre, ce qui les forçant à devenir une équipe. Ils dépassent leurs limites avec un entraînement intense, surpassant la douleur; ils peuvent à peine sortir du bateau après un entraînement. George, loin d’être en pleine forme, se rend directement au lit entre les séances.

Ils partent pour Tokyo avec un aviron emprunté. Le bateau a une barre, mais ils ont déjà atteint l’unisson. Croyant que sa résistance serait un handicape, ils décident de ne pas l'utiliser. Ils ont fait absolument tout ce qu'ils pouvaient pour se préparer, pourtant, ils n'ont toujours pas fait de compétition ensemble!

Ils remportent la première série éliminatoire par une longueur et demie et affichent le temps le plus rapide de la journée parmi un total de 14 avirons. Cette victoire leur donne un billet pour la finale et quelques jours supplémentaires pour se préparer. Leur deuxième course ensemble allait être une finale olympique, avec seulement cinq bateaux à affronter. Leurs chances s’étaient considérablement améliorées.

Lors de la plus grande course de leurs vies, à la marque centrale du 1 000 m, ils ont une avance d’une demi-longueur sur les équipes hollandaise et allemande favorites. Roger qui est chef de nage donne la commande « accélère » pour augmenter l’intensité pendant environ 20 battements afin de dépasser les autres bateaux. À la marque du 1 500 m, il y a une grande distance entre eux et le bateau numéro deux, les Hollandais. Puis, avec 200 mètres à faire, George commence à faiblir faisant tourner le bateau. Si Roger augmente le rythme des battements, il risque de les tirer tout droit dans le couloir d’à côté ce qui pourrait causer une disqualification. Ardent d’efforts pour garder le bateau droit, il est surpris de trouver les Hollandais juste derrière eux avec peu de distance à couvrir. Roger crie « accélère ». Ils vacillent, mais réussissent à se regrouper pour les quelques battements finals jusqu’à la ligne d’arrivée. L’avertisseur sonne deux fois en une seconde... bip, bip. Une fin parfaite et aucune des deux équipes ne sait si elle a gagné. Une éternité s’écoule avant que le tableau s’allume. Canada, Hollande, Allemagne…

Roger Jackson et George Hungerford gagnent la seule médaille d’or du Canada aux Olympiques de 1964. Tout bien considéré, l’ordinateur n’aurait pas pu créer une meilleure combinaison. Tous deux d’une grandeur de 1,93 m, ils pesaient le même poids et leur portée était la même, créant un merveilleusement équilibre dans la coque fragile. Dotés de coeurs de champions, de la même tolérance illimitée pour le travail ardent et la douleur, ils ont cliqué et trouvé la magie que d’autres équipes prennent des années à acquérir.

Une mauvaise année payante... pour Hungerford et Jackson Adobe PDF Transcription


Faits saillants

1964
Jeux olympiques de Tokyo, médaille d'or en deux de pointe sans barreur
1964
Prix commémoratif Lou Marsh
1976 - 1978
Directeur de Sport Canada
1982 - 1990
Président de Association olympique canadienne
1983
Nommé officier de l'Ordre du Canada