L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Petra Burka

Patinage artistique

1965


Photographie en action de Petra Burka

Photographie en action de Petra Burka

Date
1965
Collection
Panthéon des sports canadiens

Éblouissant!

Les programmes libres de Petra Burka avaient toujours été extraordinaires! Même lorsqu’elle ne gagnait pas une compétition, les adeptes de patinage étaient tous éblouis devant ses performances spectaculaires et ses incroyables sauts. À l’époque de Petra, les figures imposées comptaient pour 60 pour cent du résultat total, elles étaient probablement son talon d’Achilles. Mais qui sait ce que l’avenir réserve?

Petra n’a jamais cessé de travailler sur les figures imposées pendant ses éreintantes sessions d’entraînement quotidiennes, mais son entraîneuse de renom, Ellen Burka, qu’elle appellait aussi “Maman” avait décidé que Petra aurait besoin de quelques acrobaties pour capturer l’attention des juges dans le programme libre.

Sa carte maîtresse allait être le triple Salchow, un saut difficile qui requiert un départ sur une carre intérieure arrière suivie par trois rotations dans les airs et un atterrissage sur le pied opposé avec une carre extérieur arrière.

Petra avait un corps d’athlète, un talent naturel et l'habileté d'une éponge. Elle possédait cette stupéfiante aptitude à observer d'autres patineurs de talent, disséquer ce qu'ils faisaient pour ensuite le répéter par elle-même. En fait, elle avait appris à faire un double Axel toute seule, ce qui avait complètement époustouflé sa mère. Après tout, à une époque où les compétitrices étaient reconnues après un simple atterrissage de double Axel et ne faisaient aucun triple, Petra avait réussi dix atterrissages consécutifs de double Axel lors d’une compétition.

Elle a eu la chance de partager quelque temps sur la glace avec le “jackrabbit” canadien, Don Jackson lui-même, et il lui a donné des idées assez avant-gardistes. Petra a observé Don réaliser le triple Lutz et, seulement un jour après l’avoir vu réussir l’un d’eux, elle a fait de même, mais seulement pendant l’entraînement et juste pour s'amuser!

Le triple Salchow est devenu une figure spectaculaire et a fait les grands titres lorsqu’elle a réussi l’un d’eux lors des championnats canadiens de patinage artistique en 1962. Il s’agissait du premier triple exécuté en compétition mondiale par une femme. Plus important encore, elle a terminé deuxième, décrochant sa première entrée aux Championnats du monde de patinage artistique à Prague. L’entraîneuse et la patineuse ont été étonnées de voir à quel point les juges internationaux avaient jugé de façon beaucoup plus favorable les figures imposées de Petra, une mode qui a continué avec ses exploits mondiaux. La patineuse de 15 ans a surpris et gagné le respect des foules avec une quatrième position au classement générale, manquant de très peu la troisième.

En 1964, les médailles de bronze gagnées aux Olympiques et aux Championnats du monde n’étaient qu’un signe précurseur de ce que l’avenir réservait.

Lors des Championnats du monde de 1965 au Colorado, Petra a réellement démontré ses prouesses, avec une touche de stupéfaction cette fois. Elle a terminé les figures imposées en première place, surprenant certains, y compris sa mère. Le résultat a poussé le rédacteur sportif Frank Orr du Toronto Star à rédiger : « Quoi qu’il arrive, Petra, après le programme de patinage libre de ce soir, sera la première championne mondiale depuis la victoire de Barbara Ann Scott en 1948. » Orr, Frank. « Petra’s Performance Antidote for Toothache », Toronto Daily Star, 4 mars 1965, p.11.

Mais l’impensable est arrivé, Petra, au contraire de son habitude, est tombée et a glissé sur la glace pendant les dernières secondes de sa performance causant quelques moments d’angoisse intense et inutile. Petra avait tellement impressionné les juges que même une solide performance par l’Américaine Peggy Fleming n’a pas suffit à compenser pour la chute.

Après la victoire des Championnats du monde, le légendaire entraîneur Sheldon Galbraith a déclaré que Petra était la meilleure patineuse en programme libre qu’il avait vue en près de 20 ans. Les médias étaient d’accord avec lui. C’est toute une accolade!

Le coût de l’amateurisme accable la gagnante du trophée Lou-Marsh de 1965 Adobe PDF Transcription


Faits saillants

1962
Championne junior au Canada
1962
Championnats du monde, 4e place
1964
Jeux olympiques d’Innsbruck, médaille de bronze
1964,1965
Trophée Bobbie Rosenfeld
1964,1966
Championne senior au Canada
1965
Détenrice d'un triple titre : championne canadienne, nord-américaine et mondiale
1965
Prix commémoratif Lou Marsh
1997
Intronisée au Temple de la rennommée canadien du patinage artistique