L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Nancy Greene

Ski alpin

1968


Skieuse Nancy Greene aux Olympiques d'hiver de 1968 à Grenoble

Skieuse Nancy Greene aux Olympiques d'hiver de 1968 à Grenoble

Date
1968
Collection
Panthéon des sports canadiens

Il y a de l’or dans ces montagnes…

Chamrousse, en France, les Olympiques d’hiver de Grenoble de 1968

Nancy Greene se sentait bien et affichait de bons résultats lors de l’entraînement, mais l’équipe a fait une erreur dans le choix de cire. Elle a terminé 10e en descente. Elle a baptisé ce jour le « plus décevant de ma vie. »

Le slalom, qui était le prochain événement, est la seule discipline comportant deux courses. Une chute suffit pour perdre. La piste à 57 portes était très glacée et insidieuse. Nancy savait qu'il y aurait plusieurs flaques et a été prudente lors d‘une première course qui a été respectable, mais elle était derrière Marielle Goitschel, de France. Avec Marielle en tête, Nancy a mis la prudence de côté et a attaqué la deuxième course, affichant le meilleur résultat. Les temps combinés de Nancy étaient à 29 centièmes de la médaille d’or. Sa décision de se retenir lors de la première course lui a probablement coûté la première place. Nancy avait donné une bonne performance, mais la première place est la seule qu’elle convoitait. Elle a dû se contenter de l’argent.

Il ne restait qu’une course à faire pour réaliser un rêve qui avait pris forme huit ans plus tôt, lors de ses premiers olympiques en 1960. Nancy, âgée de 16 ans, avait partagé une chambre avec Anne Heggtveit et l’avait regardé remporter la première médaille d’or du Canada en ski alpin dans la discipline du slalom géant, à Squaw Valley. Elle s’était promise à ce moment qu’elle gagnerait une médaille d’or avant de se retirer du ski. Elle a ignoré la suggestion de son père de se retirer après les décevantes Olympiques de 1964, convaincue qu’elle pouvait encore s’améliorer. Nancy a remarqué une grande différence dans son attitude au début de 1968.

« En 1964, je pensais que je pourrais gagner une médaille. J’espérais gagner une médaille. En 1968, je savais que je pouvais remporter une médaille. Je n’avais aucun doute. » Comme dans le cas d’Anne, le slalom géant a été décisif. Nancy a déclaré « je gagnerai l’or ou je tomberai en essayant! » (Nancy Greene, entretien personnel, 10 septembre 2008)

Elle a étudié la piste et le parcours lui allait à merveille. C’était une piste longue et qui requerrait de l’agilité avec une longueur glacée au bas. Elle avait développé un style tellement efficace, elle savait que ses jambes et son entraînement lui permettraient de traverser cette pente. Elle a amorcé la course sur sa lancée et l’a maintenue. Elle a accéléré et accéléré à la 68e porte de la piste. À la ligne d'arrivée, elle savait qu’elle avait réussi... puis un moment de panique. Le tableau indicateur s’est éteint. Puis, lentement, les lumières se sont allumées pour inscrire son numéro de départ : 09, puis CAN, Greene, en première place. Elle venait de remporter l’or.

La série de succès de Nancy Greene s’est poursuivie après les Olympiques et elle a remporté sa deuxième Coupe du monde consécutive. À la fin de la saison 1968, la skieuse alpine canadienne la plus décorée s’est retirée au pinacle de son sport.

Nancy gagne une seconde fois le trophée Lou-Marsh Adobe PDF Transcription


Faits saillants

1959-1968
Membre de l'équipe nationale de ski, 17 Titres de championnats canadiens de ski, trois titres de championnats américains de ski
1967
Titre de la Coupe du monde
1967
Prix commémoratif Lou Marsh
1968
Jeux olympiques de Grenoble, médaille d’or au slalom géant et médaille d’argent au slalom
1968
Titre de la Coupe du monde
1968
Prix commémoratif Lou Marsh
1999
Nommée athlète féminine canadienne du siècle par la Presse canadienne