L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Herve Filion

Course sous harnais

1971


Photographie du conducteur de course attelée Hervé Filion

Photographie du conducteur de course attelée Hervé Filion

Date
Les années 1970
Collection
Panthéon des sports canadiens

Une machine gagnante

L'enfant aux modestes racines d’Angers, au Québec a commencé à rêver d’être un champion de la course attelée à l’âge de 11 ans. Ses pieds n’atteignaient même pas les étriers lorsqu’il ait monté sur un selqué pour sa première course à 13 ans et il l’a remportée! La victoire est une chose que Herve Filion n’a jamais perdue de vue. Il a étudié de près tous les grands conducteurs, mais a porté une attention particulière à Keith Waples, un membre honoré du Panthéon des sports canadiens, et son habileté à changer le selqué de direction lors de situations difficiles. Donnant le crédit à Waples, Filion a développé une facilité à bouger le selqué rapidement jusqu’à deux pieds vers la droite ou la gauche dans ce que certains observateurs ont appelé « The Herve Hop », le saut de Herve.

Feu Billy Haughton, un prestigieux membre du U.S. Harness Racing Hall of Fame, a une fois déclaré, « il y a beaucoup de bons conducteurs, quelques-uns sont extraordinaires, puis il y a Filion. »

En 1970, Herve Filion a voyagé 402 500 km par hélicoptère, avion et voiture pour se rendre à des pistes aux É.-U. et au Canada, se présentant souvent à deux pistes différentes le même jour. Sa moyenne était de six courses par jour, six jours par semaine pour enregistrer 486 victoires. Cela a encouragé son désir d’augmenter un horaire déjà chargé pour devenir le premier homme dans l’histoire de la course attelée à remporter 500 victoires. Il a terminé 1971 avec 543 victoires et un record du monde de 3 461 victoires en carrière, battant les 3 446 victoires de Houghton.

Il a démontré une endurance de fer en cours de chemin. Lors d'une collision impliquant trois selqués en août, Filion s'est déchiré des ligaments à l'épaule et a subi des coupures au visage qui ont nécessité des points de suture. Quatre jours plus tard, il remportait une course à Freehold au New Jersey, puis s’est rendu à Roosevelt, New York en voiture et a gagné cinq courses consécutives. Il en a gagné deux de plus à Freehold et quatre à Roosevelt la journée suivante. Filion a annoncé « Il fallait que je rattrappe le temps perdu. » En novembre, il s’est cassé le poignet et était de retour dans le selqué trois jours plus tard pour mener six gagnants à la victoire.

Un autre conducteur a déclaré, « Il a du coeur. Il se lève et va se coucher avec la même idée : gagner des courses. »

Filion a couplé son désir insatiable pour la conduite au bon vieux concept de travailler ardûment. Il fait une préparation minutieuse et étudie chaque cheval et conducteur afin de trouver une faille ou quelque chose dont il peut tirer avantage.

Filion a souvent dit « Je suis très reconnaissant, si ce n’était de la course attelée, je transporterais probablement une boîte à lunch et je travaillerais sur les champs ou des projets de construction comme mes amis de chez nous. »

Après le succès de 1971, c’est difficile de croire que le meilleur restait à venir!

Le trophée Lou-Marsh couronne la meilleure année de Filion Adobe PDF Transcription


Faits saillants

1968
Premier conducteur à remporter plus de 400 courses en une seule saison avec 407 victoires
1968-2003
Remporte 15 017 courses et plus de 86$ millions en bourse
1970
Championnat du monde
1970
Mène cinq chevaux à la victoire en une journée, sur la piste du Brandywine Raceway
1971
Prix commémoratif Lou Marsh
1971
Nommé officier de l'Ordre du Canada
1989
Sommet en carrière de 814 victoires en une seule saison