L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Cindy Klassen

Patinage de vitesse

2006


Photo en action de la patineuse de vitesse Cindy Klassen

Photo en action de la patineuse de vitesse Cindy Klassen

Date
Le 19 mars 2006
Collection
La Presse canadienne/Larry MacDougal

OK, prêt... Amusons-nous!

Cindy Klassen était tellement nerveuse avant la compétition de patinage de vitesse de 300 m lors des Olympiques d’hivers de 2002 à Salt Lake City qu’elle ne pouvait pas manger. Quelqu’un l’a éventuellement poussé à manger son aliment réconfortant préféré, un quart de livre avec fromage. Elle a remporté la médaille de bronze avec son appétit entièrement restitué, mais avec une faim toujours présente de s'améliorer à son sport.
Chaque quatre ans, les plus grands athlètes ont une toute petite chance de se surpasser à un moment précis, et de performer au mieux de leur forme sur la scène olympique submergée par la pression. D'une certaine façon, s'amuser ne fait pas partie des Jeux. Pourtant, c'est devenu le but ultime de Cindy Klassen lorsqu’elle s’est rendue aux Olympiques de Turin en 2006. Alors, elle a simplifié ses buts : donner une meilleure performance qu’en 2002, profiter de l’expérience, ne pas être un « paquet de nerfs », et s’amuser. Ça peut sembler trop simple, mais c’est une recette qui fonctionne pour Cindy parce qu’elle s’occupe du reste inconsciemment. Elle est une remarquable athlète poussée par un spiritualisme profond d’être la meilleure version d’elle-même. Elle considère que ses talents athlétiques sont un don et avec cette mentalité, elle donne ses 100 pour cent, chaque jour, pendant l’entraînement et pendant la compétition.
La native de Winnipeg, qui s’est entraînée à Calgary, a soufflé sur Turin telle un chinook de l’Alberta. Rien ne pouvait l'arrêter, elle empilait les médailles chaque fois qu’elle mettait le pied sur la glace à l’Oval Lingotto. Elle a commencé en doublant sa médaille de bronze de 2002 aux 3 000 m. Elle a participé à une ronde préliminaire avec ses coéquipières de la poursuite par équipe. L'équipe a remporté l'argent. Le 1 000 m, ressemblant plus à un sprint, n'est pas sa meilleure épreuve, mais il s’agit sans aucun doute de sa favorite et elle n’a manqué l’or que par quatre centièmes de seconde, gagnant l’argent pour sa troisième médaille.
Pendant l’échauffement, pour s’habituer à la glace quelques heures avant sa spécialité, le 1 500 m, Cindy a vu un jeune garçon courir autour des tribunes en tenant un drapeau canadien, tellement excité d'être là. L’image lui a rappelé ses propres buts et l'a incité à montrer à l'enfant à quel point le patinage de vitesse est un sport extraordinaire. Elle a dominé le peloton par près d’une seconde et demie et remporté la médaille d’or. Cindy a couronné ses impressionnants Olympiques lors du difficile 5 000 m, décrochant une autre médaille de bronze. Sa coéquipière Clara Hughes a gagné l’or. Lors d’un moment mémorable, elles se sont tenues ensemble sur le podium pour chanter « Ô Canada ».
Le président du comité international olympique, Jacques Rogge, a déclaré Cindy Klassen « la femme des Jeux de Turin ». Porter le drapeau canadien lors des cérémonies de clôture et voir toutes ses coéquipières sous un même toit a été la cerise sur le gâteau.
Klassen est la première athlète canadienne à remporter cinq médailles en un Olympiques et avec six au total, elle est l’athlète olympique la plus décorée au Canada. Il se peut qu’elle soit aussi la plus modeste. Bien que très fière de ses exploits, les médailles ne seront pas ce qui la caractérise. Elle sera reconnue pour sa camaraderie, ses amitiés, avoir transformé le dur travail en bons moments, avoir poursuivit le but d’être de plus en plus rapide, l’amour et le soutien inconditionnel de sa famille et la passion de son entraîneur Neil Marshall qui l’a inspiré à devenir une meilleure personne pendant tout le processus. Sa joie et sa modestie serviront de profonde inspiration aux enfants de tous les coins du monde.

La reine de Turin règne en 2006 Adobe PDF Transcription


Faits saillants

2001
Championnats canadiens de patinage de vitesse, médaille d’or au classement général
2001
Record du monde, classement général pour combinaison courte avec 155,576 points
2002
Jeux olympiques d’hiver de Salt Lake City, médaille de bronze au 3 000 m
2003
Championnats du monde de patinage de vitesse, médaille d’or au classement général
2003
Prix Catriona Le May Doan, meilleure patineuse de vitesse au Canada
2004
Championnats du monde de patinage de vitesse, médaille d’argent au 1 500 m, médaille de bronze au 1 000 m
2005
Championnats du monde en distance simple, médaille d’or au 1 500 m et 3 000 m
2005
Championnats du monde en patinage de vitesse, médaille d’or au 1 500 m et 3 000 m, médaille d’argent à la poursuite par équipe, classement général
2005
Record du monde, 1 min 51 sec 79 au 1 500 m
2006
Jeux olympiques d’hiver de Torino, médaille d’or au 1 500 m, médaille d’argent au 1 000 m et à la poursuite par équipe, médaille de bronze au 3 000 m et 5 000 m
2006
Championnats du monde de patinage de vitesse, médaille d’or au classement général
2006
Record du monde, sprint 149,305 points et classement général 154,580 points
2006
Records du monde, 1 min 13 sec 11 au 1 000 m et 3 min 53 sec 34 au 3 000 m
2006
Prix Oscar Mathisen, meilleure performance de patinage de vitesse de la saison
2006
Prix commémoratif Lou Marsh
2007
Championnats du monde de patinage de vitesse, médaille d’argent au 1 500 m, médaille de bronze au 3 000 m, classement général, sprint