L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Catriona Le May Doan

Patinage de vitesse

2002


Photo en action de la patineuse de vitesse Catriona Le May Doan

Photo en action de la patineuse de vitesse Catriona Le May Doan

Date
Le 19 février 1998
Collection
La Presse canadienne/Lynne Sladky

« Elle mène le 500! »

Catriona Le May Doan a été surnommée la femme la plus rapide au monde. Ce surnom est complètement justifié. Le patinage de vitesse est le sport commandé par l’humain sans aucune aide mécanique, le plus rapide au monde et Catriona est à la poursuite de la perfection dans l'événement le plus rapide de ce sport, le 500 m, sa spécialité.

L’événement du 500 m consiste en deux épreuves. Bien que les compétitrices patinent en paires, il s’agit d’une course contre la montre où le temps des deux épreuves est cumulé, ne permettant aucune chute ou erreur. Catriona élève la barre à une hauteur exceptionnelle se soumettant à une pression incroyable. Sa performance aux Olympiques d’hiver de Salt Lake City en 2002 en est un exemple parfait.

Le May Doan est assise voutée au centre de l'ovale de patinage de vitesse après la première épreuve. Elle vient d'établir un record olympique de 37,30 et occupe la première place, malgré tout, elle est en colère. Monique Garbrecht-Enfeldt de l’Allemagne donne la performance de sa vie ce qui la laisse à un cheveu, quatre centièmes de seconde, derrière Catriona. Cependant, la supériorité de Catriona était telle que ses marges de succès ont habituellement été de trois à quatre dixièmes de seconde. Au 500 m, c'est une victoire assurée, elle ne s'attendait à rien de moins.

Ses résultats et sa constance légendaire parlent d’eux-mêmes. Elle a établi un record du monde en 1997 devenant la première femme à dépasser la barrière des 38 secondes au 500 m. L’encre dans les livres de record n’allait pas avoir le temps de sécher pendant les quatre années qui ont suivi alors qu’elle est devenue la seule femme à établir huit records mondiaux consécutifs dans une même distance. En 1998, lors de ses troisièmes olympiques à Nagano au Japon, âgée de 27 ans, elle a remporté le grand prix et récolté une médaille de bronze supplémentaire au 1 000 m. L'or n'a pas diminué son désir de s'améliorer. Elle a attaqué les prochains buts dans son continuum : devenir plus rapide, progresser, garder sa place au sommet. À l’approche des Olympiques d’hiver de 2002, à Salt Lake City, elle était virtuellement invaincue, ayant gagné 17 des 18 courses, dont le championnat du monde de sprint à Hamar en Norvège, quelques semaines auparavant.

Une preuve de l’immense respect qu’elle inspire, Sabine Völker, une amie et compétitrice au 500 m, membre de l’équipe allemande, est venue la voir après la première épreuve et a réconforté Catriona en lui disant « Tu es meilleure que ça... Tu feras mieux demain. »

Pour Catriona, les 24 heures qui suivent sont empreintes d’une pression atroce. Elle se fie sur son remarquable groupe d'appui, qui compte son mari, et lorsqu'elle retourne à l'ovale pour la deuxième épreuve, les regards rassurants de son équipe tout entière et les visages de ses adversaires la jugeant du regard, lui confirment qu’il s'agit de sa destinée et qu'elle est prête. Elle est jumelée avec Monique. Pour Catriona, le souvenir de la course est flou à l’exception du son distinct des lames de Monique derrière elle alors qu’il reste environ 20 m. Elle savait qu’elle avait réussi.


Catriona écrit un chapitre à l’histoire. Lors de ses dernières olympiques, elle devient la première Canadienne à défendre une médaille d’or individuelle à n’importe quel événement aux Olympiques. Qu’est-ce que vous pensez de ça?

Monique Garbrecht-Enfeldt, la médaillée d’argent déclare à propos de la championne « Elle mène le 500! » Sa charmante amie, Sabine Völker, a décroché le bronze.

Avec le sourire contagieux qui la distingue les drapeaux de la Saskatchewan, dont elle est originaire, et du Canada à la main, et portant un chapeau de cowboy à larges rabats, Catriona donne aux Canadiens un tour de la victoire qu’ils ne sont pas prêt d’oublier.

Victoire par une fine lame Adobe PDF Transcription


Faits saillants

1996-2002
Athlète canadienne féminine de l'année en patinage de vitesse, longue piste (cogagnante en 2001)
1998
Jeux olympiques de Nagano, médaille d’or au 500 m
1998
Jeux olympiques de Nagano, médaille de bronze au 1 000 m
1998
Trophée Velma Springstead
1998
Prix Bobbie Rosenfeld
2001
Trophée Velma Springstead
2001
Prix Bobbie Rosenfeld
2002
Jeux olympiques de Salt Lake City, médaille d’or au 500 m
2002
Prix commémoratif Lou Marsh
2002
Trophée Velma Springstead
2002
Prix Bobbie Rosenfeld
2005
Nommée officier de l'Ordre du Canada