L'Héritage de Lou Marsh - Les meilleurs athlètes canadiens

Sandy Hawley

Course sous harnais

1976


Photo de Sandy Hawley lors du Queen's Plate de 1975

Photo de Sandy Hawley lors du Queen's Plate de 1975

Date
Le 28 juin 1975
Collection
Panthéon des sports canadiens

Et l'Oscar va à ...

Le Prix Éclipse pour le meilleur jockey est “l’Oscar” de la course de chevaux pur-sang américains. Lorsque Sandy Hawley a remporté le sien en 1976, le verdict avait été prononcé. Le gentleman toujours modeste et poli d’Oshawa, en Ontario, avait atteint le pinacle de son sport en recevant l’approbation de la National Thoroughbred Racing Association, du Daily Racing Form et de la National Turf Writers Association, les organisations responsables de choisir le récipiendaire de l’Éclipse.

Avec seulement une infime part des votes venant du Canada, Hawley a remporté le prix malgré un lobbying puissant aux É.-U. pour les jockeys américains Angelo Cordero Jr. et Laffit Pincay Jr.

Contrairement à un Oscar, il n’était pas récompensé pour une singulière performance, mais plutôt pour une année spectaculaire pendant laquelle Sandy avait dominé en vrai champion continental. D’un océan à l’autre, au Canada comme aux États-Unis, Sandy était le jockey ayant remporté le plus de victoires en Amérique du Nord pour la quatrième fois en sept ans.

Lors d’une course mémorable, Sandy en a pris “un dans l’aile” pour plus de vingt longueurs afin de gagner par un cheveu, lors d’une victoire sur photographie, au San Juan Capistrano de Santa Anita en Californie, sa piste de course favorite aux États-Unis. Lors d’une autre course, Sandy a guidé “Youth”, son cheval préféré en carrière, à une victoire lors du prestigieux championnat international canadien sur une course endiablée de 2 km à la piste Woodbine de Toronto. Quelques semaines plus tard, il a monté Youth pour le mener à une victoire de dix longueurs au Washington D.C. International.

Au début décembre, à l’âge 27, Sandy Hawley est devenu le plus jeune jockey au monde à enregistrer 3 000 victoires en carrière. En montant un cheval du nom de “Glad to be” (heureux d’être) à la piste Greewood de Toronto, Sandy a terminé avec une victoire décisive de sept longueurs pour sceller le record. Le célèbre chevalier Duke Campbell l'attendait dans l'enclos du gagnant pour le féliciter. Il avait donné à Sandy son premier emploi en 1966, durant lequel il faisait marcher les chevaux, et plus tard en 1968, lorsqu'il avait couru pour la première fois. Un moment fantastique où Sandy a avoué à Duke qu’il avait été sa plus grande influence dans le sport.

Les collègues de Sandy et ses compétiteurs ont rendu honneur à son merveilleux esprit sportif lorsque les membres du Jockey’s Guild l'ont voté récipiendaire du prix commémoratif George Woolf, présenté annuellement au jockey nord-américain de course pur-sang qui démontre les plus hauts standards de conduite personnelle et professionnelle, sur la piste de course comme à l’extérieur. Il n’y a probablement jamais eu de gagnant plus approprié.

Un “Oscar” était peut-être la seule chose qui manquait en 1976, mais il n’y a pas de doute, si un film avait été réalisé sur l’année de conte de fée de Sandy Hawley, le trophée si convoité lui serait revenu!

Le dominant jockey de 110 livres Sandy Hawley est pour une deuxième fois nommé meilleur athlète du Canada Adobe PDF Transcription


Faits saillants

1973
Prix commémoratif Lou Marsh
1976
Prix George Woolf Memorial Jockey Award
1976
Prix Éclipse pour le meilleur jockey nord-américain
1976
Prix commémoratif Lou Marsh
1976
Nommé officier de l'Ordre du Canada
1978
Sovereign Award pour le meilleur jockey au Canada
1986
Prix commémoratif Avelino Gomez
1988
Sovereign Award pour le meilleur jockey au Canada